Yuja Wang

Yuja_Wang_2009_03_E01_squaree.jpg
 
 

La Première apparition de Yuja Wang a été à l'initiative du Piano**** qui l'avait sollicité pour remplacer au pied levé un concert de Murray Perahia. Sa virtuosité et son talent artistique l'ont depuis fait connaître comme l'une des pianiste les plus prestigieuse de notre géneration. 

« Le piano de Yuja Wang est celui d’une fée ou d’une ogresse: ses dix petits doigts constrictors, sa tête enfantine penchée sur le piano, son corps bien droit qu’ébranlent à peine la déflagration d’une mini tornade dans le grave ou un coup de poing sur le clavier. Avec elle, le mot “virtuosité” est au sens premier, celui de la vertu et du courage . . . Yuja Wang, c’est aussi l’incarnation d’une profondeur bouleversante, un art visionnaire et grand architecte des plans sonores, une palette de couleurs à l’infini. »

Le Monde (Paris), 5 décembre 2011

A peine âgée de 28 ans, Yuja Wang est mondialement reconnu comme l’une des artistes les plus importantes de sa génération. A une technique prodigieuse, elle joint la profondeur d’une vision musicale, ce qui lui permet d’aborder les œuvres les plus complexes du répertoire.

A l’âge de quinze ans elle arrive aux Etats-Unis où elle suit les enseignements du Curtis Institute de Philadelphie avec notamment Gary Graffman. Artiste exclusive Deutsch Gramophone elle a enregistré plusieurs CD qui comprennent notamment sonates et études, variations dans des programmes évocateurs comme Transformation, Fantasia, salués par des grands prix internationaux.

Sa rencontre avec Maestro Abbado marquera un important tournant dans sa carrière. Invité par le grand chef italien à son Festival de Lucerne avec des concerts à Pékin (3ème concerto de Prokofiev), elle enregistrera avec lui et le Mahler Chamber Orchestra, les variations Paganini et le 2ème concerto de Rachmaninov.

De nombreux chefs ont fait appel à Yuja Wang, parmi lesquels figurent notamment les noms de Daniel Barenboim, Valery Gergiev, Lorin Maazel, Zubin Mehta, Kurt Mazur, ou Yuri Termikanov. Récemment, un concert à Caracas avec Gustavo Dudamel s’est perpétué par un enregistrement du 2ème concerto de Prokofiev et du 3ème concerto de Rachmaninov.

Yuja Wang consacre une part non négligeable à la musique de Chambre avec notamment des cycles des grands quintettes en 2011 à Paris et un cycle Brahms en 2013 avec les Konzetmeister des Berliner Philharmoniker. Sa participation au festival de Verbier est également régulière. Tant par l’étendue de son répertoire qui embrasse les grands concertos du répertoire que par l’étendue de ses programmes. En récitals, Yuja Wang est devenue en quelques années une figure incontournable du nouveau piano contemporain.